back

 

GLIWICE UNE TOUR HORS PAIR

 

Une des plus caractéristiques constructions dans la Haute Silésie est la tour d’antenne de radio­diffu­sion située rue Tarnogórska à Gliwice. L’ensemble d’édifices de la station de radiodiffusion a été construit dans les années 1934-1935 par la Société allemande Lorenz (en coopération avec Siemens, Telefunken et avec d’autres entreprises). Dans le bâtiment principal, bien des appareils datant d’avant la deuxième guerre mondiale se sont conservés. Toutefois, l’objet le plus précieux dans tout cet ensemble est la tour de la station de radiodiffusion laquelle, de nos jours, avec sa hauteur de 111 m est considérée comme la plus haute construction en bois dans le monde. Soigneusement conservée, protégée et réparée chaque année, selon l’opinion donnée par des scientifiques de l’Université Technique (Politechnika Slaska) de Gliwice, la tour va résister encore 20 ans, en fonctionnant bien et avec sécurité. Le matériel utilisé dans sa construction est le bois de mélèze qui est particulièrement résistant aux insectes et intempéries.  Les poutres de la tour sont unies par les vis de laiton. Ni un seul clou de fer n’y a été utilisé. Environ 50 antennes de différents types sont montées sur la tour, dont celles des opérateurs de la téléphonie mobile, de la radio-taxi et d’autres. On pourrait dire que grâce au bail payé par les utilisateurs la tour gagne sa vie. L’allure de la tour est particulièrement attirante à la tombée de  la nuit quand elle est éclairée par huit réflecteurs de grande puissance. Elle se voit de bien des kilomètres, et fait produire une impression inoubliable sur les visiteurs.

 

QU’EST-CE QUI S’EST PASSÉ ICI?

 

Le 31 août 1939 à 20.00 heures quelques SS-mans armés et en tenue civile polonaise ont pénétré dans l’enceinte de la station de radiodiffusion allemande de Gliwice comme faux insurgés silésiens. Le SS-Stumbannführer Alfred Naujocks, désigné par le SS-Gruppen­führer Reinhard Heydrich, qui était à l’époque le chef de l’Office Central de Sécurité de Reich, et agissant à l’ordre direct d’Hitler, était chargé du commandement. L’action était entourée de mystère. On n’a défini que le texte du mot d’ordre, que Heydrich a communiqué par téléphone à Naujocks: ”Grossmutter gestorben” («La gand-mère est morte»). Le signal «à l’attaque» était l’ordre de commencer l’action. Les agresseurs ont terrorisé l’équipe allemande et ont émis en polonais le communiqué suivant: Attention! Ici Gliwice. La station de radiodiffusion se trouve en mains polonais…”. Le reste de l’appel lu ce jour-là n’a pas été émis pour des raisons d’erreurs techniques commises.

Dans la station de radiodiffusion Franciszek Honiok a été tué, un Silésien d’origine polonaise qui, de nos jours, est considéré comme la première victime de la deuxième guerre mondiale. La veille de ces événements la Gestapo l’a arrêté dans son village natal Lubie. Honiok, engourdi par des stupéfiants, a été transféré à la station de radio comme la nommée ”conserve” à 20 h10. Il devait être la preuve de la faute  et culpabilité polonaise. Le lendemain Hitler a prononcé une allocution dans laquelle il a justifié l’éclat de la guerre par des provocations frontalières réalisées prétendument par les Polonais. Hitler n’a pas mentionné Gliwice dans son allocution, mais, par contre, tous les journaux ont fait de sorte ainsi que les stations de radio et des agences de presse à travers le monde entier. La vérité sur la provocation de Gliwice ne s’est révélée qu’au cours du procès mené devant le Tribunal de Guerre de Nürnberg. Quelques détails ont été fournis par Naujocks même dans son interview pour ”Der Spiegel” (numéro 46 du 13 novembre 1963).

 

SURMONTER LES CLICHÉS

 

En 2002 les pouvoirs de Gliwice ont racheté  la station de radiodiffusion, qui a été utilisé par la société Telekomunikacja Polska depuis 1945. Au début, jusqu’à l’année 1952 le programme de la Radio Katowice y était émis et on se servait de la station pour parasiter les émissions de la radio ”Libre Europe”. Ensuite, on fabriquait ici des postes émetteurs de radio et appareils pour télécommunication. Les bâtiments se trouvaient en mains professio­nnelles et responsables, grâce à quoi ils ont gardé leur bon état. L’objectif de reprendre la station de radiodiffusion par la Ville de Gliwice consiste non seulement à rendre disponible un monument historique intéressant aux visiteurs. Dans  le voisinage direct le Centre de Coopération Européenne sera construit. L’idée de fonder le Centre trouve son reflet le plus concis sous la forme d’inscription sur la dalle commémorative qui a été érigée sous la Tour de la station de radiodiffusion: ”Sans oublier le passé en pensant à l’avenir”. La volonté de rompre avec les préjugés réciproques existant entre les Polonais et les Allemands ne signifie pas l’oubli historique dans le pays qui a bien souffert pendant la guerre. Par contre, vers l’avenir est orienté l’effort principal de la génération actuelle qui a décidé de relancer de nouvelles modalités de développement et de coopération entre les Polonais  et les Allemands en Europe unie. C’est le message qui  a accompagné l’exposition organisée en 2003 sur la station  de radiodiffusion et intitulée: ”….en pensant à l’avenir”.

 

COMMENT Y ACCÉDER?

 

Chacun qui passe à travers Gliwice sur la route Berlin-Cracovie, apercevra de loin la silhouette pleine de dignité de la tour d’antenne. Grâce à l’éclairage, la tour est bien visible aussi pendant la nuit. La station de radiodiffusion est située à proximité du carrefour à deux niveaux de la route DK88 et la rue Tarnogórska. Impossible de se perdre. Les voitures et les minibus entrent dans la cour située rue Tarnogórska au numéro 129, les cars stationnent rue Lubliniecka (presque au pied de la tour). La visite dure 1 heure. La date d’arrivée, à n’importe quelle heure, est à fixer par téléphone au numéro (+48) 693-131-292.

 

Sommelier de la station de radiodiffusion de Gliwice

Andrzej Jarczewski